Après des mois d’absence (le temps de couvrir convenablement la révolution tunisienne et ses conséquences) et au vu de ce qui se passe dans le pays déclencheur des révolutions arabes, je reprends l’activité sur Islamiqua. Pour commencer je vous livre ci-dessous l’édito du numéro 4 de Zénith (un magazine tunisien) où je reviens sur la récompense attribuée à Tawakhol Karman. Qui est ce ? La prix Nobel de la paix arabe. Un nom à retenir absolument

 

RETENEZ BIEN CE NOM !

 

zenith4couvNombreux sont les dirigeants arabes qui auraient souhaité avoir son charisme et surtout son verbe. Charismatique, son verbe fut clair et émouvant dans un discours historique prononcé à l'occasion de son acceptation du prix Nobel de la Paix le 10 décembre dernier. De qui s'agit-il ? De Tawakhol Karman. Rentez bien ce nom !

Cette journaliste yéménite aura, si elle le désire, un radieux avenir politique ! En effet, du haut de ses 32 ans, celle qui a appelé depuis 10 mois à une opposition pacifique contre la dictature de Ali Abdallah Salah au Yémen a prononcé le 10 décembre un discours qui m'a laissé scotché sur ma chaise face à un écran de télé complétement dominé par une femme qui maitrise parfaitement le verbal et le non verbal : elle parle démocratie, droits de l'homme, liberté de la presse, et féminisme. Elle défend la création d'un « Etat civil démocratique » et stigmatise les extrémistes qui « se méprennent sur ce que leur religion dit ».

 

Voilée et membre du parti islamiste yéménite Al Islah, son discours n'a rien à envié à celui de nos laïques. Mieux encore, elle appartient peut être à un parti islamiste mais son discours sur les libertés et les droits de l'homme est beaucoup plus clair que celui de bien de nos leaders réformistes !

Son secret ? Réclamation des droits et proclamations des libertés haut et fort. Loin des provocations et des débats inutiles sur l'identité et autres débilités tant discuté sur notre place publique. Malgré son voile, et son appartenance à un parti islamiste elle n'a à aucun moment utilisé un discours qui rappelle de près ou de loin certaines théories ou légendes islamo-salafistes (comme l'on fait certains dirigeants islamistes chez nous).

Ses références étaient universelles ; elle a bien insisté que sans le combat des féministes du monde entier elle n'aura jamais eu l'occasion de parler à cette tribune, elle n'a pas hésité a considéré les idéaux de droits de l'homme, de démocratie et de liberté comme un patrimoine de l'humanité et non l'apanage d'une seule société. Elle s'est même dite contre les fameux arguments de « l'exception culturelle » qui finissent toujours dans nos contrés par vider ces idéaux de leur essence.

Son discours est clair, sans ambiguïté, tout comme son combat puisqu'elle affirme qu'elle ne quittera sa tente (installée sur la Place du changement depuis presque 10 mois) qu' « une fois que l'on aura construit de bonnes institutions qui garantissent les droits de l'homme et la démocratie ». 

En écoutant son discours, je n'ai point regretté le fait qu'elle ait été choisi à la place d'une tunisienne (la blogueuse Lina Ben Mhenni) qui -de toute façon- n'aurait jamais égalé la force de caractère et l'intelligence de la yéménite.

Pourtant, l'évènement n'a pas été salué comme il se doit ni par la presse internationale ni par celle tunisienne. Pis encore, le discours de Karman dans son intégralité est introuvable sur le net ! Pourquoi ? Mon petit doigt me dit que c'est peut-être l'effet « voile » de la jeune Yéménite qui lui a valu autant d'ignorance (alors que l'effet nudité de la blogueuse égyptienne Aliaa Magda el-Mahdy lui a valu les unes d'un nombre impressionnant de journaux). Tawakhol Karman est tout de même la première femme arabe à recevoir le prix Nobel de la paix. Une femme voilée sur une tribune aussi prestigieuse que celle du prix Nobel et qui non seulement n'utilise pas un discours religieux mais inscrit sa lutte dans un combat international pour les libertés et les droits de l'homme est une femme exceptionnelle qui mérite une énorme salutation de la Tunisie, terre de la première révolution dans l'histoire du printemps arabe !

_________

Zénith est disponible dans les kiosques en Tunisie.