aljazzeraQuelques heures seulement après les attentats meurtriers d’Alger le 11 décembre 2007, la chaîne de télévision Al Jazira avait demandée à ses téléspectateurs de répondre via internet à la question suivante : « Etes vous favorable à la poursuite des attentas suicides en Algérie ? » résultat : 54% des internautes ont répondu par oui !

Choquée par la réponse des téléspectateurs et surtout inquiète de la compagne qui avait été lancée contre elle par les médias algériens qui l’avait condamnée en raison de ce sondage d’apologie du terrorisme, Al Jazira s’est empressée –pour la première fois de son histoire- de retirer le sondage de son site internet sans plus d’explications.

Mais au-delà de la bourde d’Al Jazira, qui avait certes dès le départ mal posée la question, le plus inquiétant dans cette histoire c’est le résultat du sondage lui-même auquel ont participé pas moins de 5000 personnes.

Comment peut on expliquer que la majorité des participants se sont prononcés pour les attentats terroristes ?

S’agit-il réellement d’un taux qui a été réalisé grâce « à la forte mobilisation d’une minorité extrémiste et, en corollaire, un manque d’engagement de l’opinion publique dans son ensemble, souvent d’ailleurs qualifiée, dans le monde arabe, de majorité silencieuse » comme croit le savoir le rédacteur en chef de l’hebdomadaire tunisien l’Expression Ridah Kefi. Ou bien ce résultat traduit une donnée très importante et fort inquiétante et que d’ailleurs tout le monde se presse de détourner et de cacher et qui est le degré de fanatisme qui existe à l’intérieur de chacun d’entre nous.

●●●

Soyons honnête et disons le clairement : si 54 % des internautes se sont prononcés pour les attentats suicides en terre musulmane et contre des musulmans, c’est qu’il y a un grave problème. Et au lieu d’essayer de trouver les justifications ou les excuses d’un tel résultat, nous devons commencer par le condamné avant d’essayer de lui trouver un remède.

Car contrairement à ce que pense beaucoup de gens, je crois que ce résultat n’est pas le fruit d’une mobilisation islamiste et n’est même pas le fruit des islamistes seulement mais aussi d’internautes qui ne sont pas forcement des extrémistes.

Le fanatisme existe chez une large tranche des musulmans et ceci vient principalement non pas de l’islam mais d’une certaine culture et d’une certaine interprétation de l’islam. Rappelez vous les scènes de joie que Beyrouth et Gaza avaient connu suite aux attentats du 11 septembre 2001. Ces scènes là n’étaient pas composées que d’islamistes.

Rappelez vous aussi le fait que malgré les attentats terroristes quasi quotidien que l’Irak connaît depuis des années contre les civils irakiens, aucune protestation et aucune manifestation n’a été lancée dans n’importe quelle république arabe pour dénoncer le massacre des innocents.

Et je ne parle même pas d’Oussema Ben Laden qui est toujours considéré par beaucoup comme un héro et un modèle et qu’un des plus important journaux arabes (Al Quds Al Arabi) continu d’appeler "Cheikh Oussema" et refuse de qualifier de terroriste.

Posez la question à votre entourage pour savoir si l’on considère Ben Laden terroriste ou pas et vous aurez un résultat similaire à celui du sondage d’Al Jazira sur les attentats d’Alger.

●●●

Je pense que ce sont ces vérités là qu’on a l’obligation et le devoir de dire. Ce n’est que de cette manière que nous parviendrons à déclencher la sonnette d’alarme. Dire qu’il existe de la sympathie dans nos populations pour le djihadisme aveugle est sans doute le premier pas douloureux mais nécessaire pour trouver un remède à un phénomène que si l’on continu à ignorer ou à cacher finira un jour par triomphe. 

Une critique, une suggestion, un complément d’information ? … merci de poser vos commentaires