les_raisons_d_une_failliteDans un livre aussi dérangeant que stimulant, un journaliste britannique dissèque les profondes contradictions et faiblesses qui traversent les sociétés arabes, freinant d’autant leur évolution.

Le journaliste britannique Brian Whitaker a écrit un livre provocateur et dérangeant sur le Moyen-Orient*. Cet ouvrage n’est pas tendre avec les sociétés arabes, dont il souligne les profondes contradictions et faiblesses. Il n’en est pas moins urgent de le traduire en arabe afin qu’il soit lu par les élites concernées, de l’Atlantique au Golfe. Le but de cet essai, affirme son auteur, est de stimuler le débat. Si le monde arabe veut combler son retard avec le monde développé, il ferait bien de méditer les conclusions de Whitaker et de tenir compte de ses recommandations.

Le journaliste, qui a dirigé le service Moyen-Orient du Guardian pendant sept ans (2000-2007), a beaucoup voyagé dans le monde arabe. Il a donc une connaissance intime de la région. Son mérite est de ne pas se cantonner, à la différence de la plupart de ses confrères, à rapporter les points de vue des dirigeants politiques et des milieux officiels. Il a préféré s’extraire de la sphère purement politique pour interroger un grand nombre de penseurs, universitaires, étudiants, faiseurs d’opinion, blogueurs et citoyens lambda dans de nombreux pays de la région. Au-delà des régimes, c’est la société dans son ensemble qu’il a tenté d’embrasser du regard. Là réside l’originalité de son livre. 

« Atmosphère abrutissante » 

En un mot, qu’est-ce qui ne va pas au Moyen-Orient ? Au fil des chapitres, Whitaker dissèque uneseparation_religion_Etat « atmosphère abrutissante, où le changement, l’innovation, la créativité, la pensée critique, le questionnement, la résolution des problèmes… sont tous découragés ». Et ce n’est pas tout. À ce constat s’ajoutent « le déni systématique des droits de millions de personnes, les discriminations fondées sur l’ethnie, la religion, le genre, l’orientation sexuelle ou les antécédents familiaux, l’inégalité des chances, l’opacité de la bureaucratie, l’application arbitraire de la loi et le manque de transparence au sein de l’exécutif ».

Le premier chapitre traite de la faillite de l’éducation – qui est, selon l’auteur, au cœur des problèmes que connaît la région. Il n’est pas de changement significatif, déclare Whitaker, qui ne commence dans les esprits. Citant le rapport 2004 sur le développement humain dans le monde arabe, l’auteur pointe des méthodes d’enseignement – notamment l’apprentissage par cœur – « qui ne favorisent pas le dialogue libre, l’éveil de la conscience, la démarche exploratoire, et qui, par conséquent, ferment la porte à la liberté de penser et à la critique ». Au contraire, « les programmes enseignés dans les pays arabes semblent encourager la soumission, l’obéissance, la subordination et la complaisance ». Résultat : un déficit de connaissance qui empêche l’émergence d’une population éduquée et qualifiée. « Les pays arabes, recommande Whitaker, doivent réformer leurs systèmes éducatifs et se préparer pour l’avenir. » Mais, ajoute-t-il, avec une note pessimiste, « la grande valeur dont jouit le conformisme au sein des sociétés arabes étouffe dans l’œuf tout changement ». Sa conclusion controversée est que « les pays arabes ne peuvent pas développer une société fondée sur le savoir sans des changements politiques et sociaux radicaux ».

Autre cible de Whitaker : la ‘asabiyya – la solidarité entre les membres d’une famille, d’un clan ou d’une tribu. Une telle solidarité peut assurer la sécurité et la protection des individus, mais le revers de la médaille est qu’elle « enracine dans les comportements, selon les termes mêmes du rapport sur le développement humain, la soumission, l’existence parasitaire et la complaisance ». Whitaker fait valoir que l’obsession de la parenté sape les principes de la méritocratie et l’égalité des chances. Non seulement le népotisme entrave le développement économique, mais il désavantage les pays arabes dans leurs relations avec les régions du monde où de telles pratiques sont moins répandues. L’auteur conclut que « les Arabes ne pourront faire émerger une nouvelle ère de liberté, de citoyenneté et de bonne gouvernance tant que leurs sociétés continueront d’obéir à des contraintes liées à la parenté, que ce soit au niveau familial ou tribal ». Tel est, affirme-t-il, le défi majeur auquel les Arabes sont confrontés. 

Autoritarisme et autocratie

Un chapitre tout aussi provocateur aborde les relations entre les citoyens et leurs gouvernements. Le régime arabe typique, écrit Whitaker, est à la foi autoritaire et autocrate – autoritaire parce qu’il exige l’obéissance, autocrate parce qu’il centralise et concentre les pouvoirs au sommet de l’État. L’auteur reconnaît qu’il est beaucoup question de réformes et de modernisation dans les pays arabes pour suivre le rythme des mutations accélérées que connaît le monde, mais il note avec regret que « les réformes effectives sont très limitées. Ce qui passe pour des réformes n’est en réalité qu’un habillage destiné à s’acheter une respectabilité internationale ».

L’un des chapitres les plus controversés du livre est intitulé « La politique de Dieu ». Whitaker y traite de la vague de ferveur religieuse qui déferle sur le Moyen-Orient depuis trente ou quarante ans. La religion, soutient-il, est l’une des réponses à ce qu’il est convenu d’appeler le « malaise arabe ». Aux millions de croyants, la religion offre des certitudes et de l’espoir dans un monde de doute et de désespoir. L’auteur laisse entendre que cette inclination vers la religion a commencé après la déroute des armées arabes face à Israël lors de la guerre de 1967. Et qu’elle s’est accentuée après que les moudjahidine afghans eurent réussi à chasser les Soviétiques et que le Hezbollah fut parvenu à bouter les Israéliens hors du Liban en 2002 après vingt-deux ans d’occupation. L’idée fait son chemin que les succès militaires sont possibles dès lors que l’on est inspiré par la religion. Cette dernière, note Whitaker, procure un sentiment d’identité, d’appartenance et de solidarité face à des menaces extérieures. Mais, prévient-il, la religion conçue comme un symbole identitaire peut conduire à ne plus en retenir que la manifestation extérieure et matérielle au détriment de la dimension spirituelle et éthique.

Pire, plus la vague de religiosité balayait le Moyen-Orient, plus les versions extrémistes de l’islam gagnaient du terrain, favorisant la montée de l’intolérance, voire de la violence, comme en 1994, lorsque l’homme de lettres égyptien Naguib Mahfouz, alors âgé de 82 ans, a été poignardé au cou en face de son domicile. Il survécut, mais son bras resta partiellement paralysé. Il ne peut y avoir d’égalité des droits, affirme Whitaker, sans liberté religieuse. C’est là le principal obstacle à tout changement positif dans le monde arabe. Selon l’auteur, la liberté religieuse requiert la neutralité de l’État en la matière. La séparation de la religion et de l’État est la condition sine qua non de tout agenda sérieux de réformes. 

Corruption

Le livre de Whitaker aborde également la question de la corruption et des commissions illégales dans les sociétés arabes, ainsi que le phénomène de la wasta, c’est-à-dire le recours aux relations, les trafics d’influence et le favoritisme. Il y a aussi un long passage sur les médias arabes qui est beaucoup trop riche pour être résumé en quelques lignes.

Whitaker souhaite que les Arabes se libèrent d’une culture de la dépendance et de l’impuissance. Et que les Occidentaux, en retour, en finissent avec leurs réflexes coloniaux et interventionnistes. Ainsi les deux parties pourront-elles fonder leurs relations sur la base positive d’une interdépendance. Son livre en irritera certains et en ravira d’autres. Mais il restera comme l’une des tentatives les plus ambitieuses, de la part d’un auteur occidental ces dernières années, d’analyser et de mettre au jour les raisons de la faillite du monde arabe. 

 

Source: Jeune Afrique, n° 2558