dilem1  Récompensé en 2000 par le Prix international du dessin de presse, Ali Dilem connaît depuis un succès de plus en plus grand non seulement dans son pays l’Algérie mais aussi en France et dans le reste du monde arabe.

Pourtant les malheurs du caricaturiste ne datent pas de cette récompense mais la précédent de plusieurs années.

En effet, Dilem sera condamné vingt-quatre fois par la justice algérienne et menacé de mort par les islamistes depuis qu’il a commencé à publier ses caricatures dans la presse algérienne en 1988.

Une situation qui l’a obligée à quitter son grand amour l’Algérie pour se réfugier en France pendant trois ans de 1995 à 1998.

Ali Dilem est quelqu’un qui combat l’islamisme par ses dessins, des cartoons qui peuvent être plus significatifs que n’importe quel article ou commentaire.

Voici quelques unes des caricatures de ce contestataire  unique en son genre avec des extraits de sa dernière interview accordée à Afrique Magazine (AM) n : 247. ( source des caricatures: le site TV5.fr)

b_dieu_est_humour1   « … J’aime tourner en dérision tout ce qui est figé et dogmatique. Je me suis toujours attaché à tout désacraliser dans mes dessins. Mais plutôt que de m’attaquer aux croyances, je m’attache à critiquer les pratiques liées à l’exercice des religions. »

b_mahometcrayon2 « Vous sentez-vous solidaire des caricaturistes du journal danois Jyllands-Posten, actuellement menacés ?

Ma solidarité pour les autres caricaturistes est évidente, dans la mesure ou personne ne mérite de mourir pour un coup de crayon… »

b_abughraib                                                            

                                                        « Déplorez-vous la dimension de cette affaire, ainsi que les réactions qu’elle a engendrées dans le monde arabe ?

Evidemment. Nous sommes vraiment au cœur de la caricature avec, d’un coté, des dessins de mauvais goût et, de l’autre, une hystérie collective et meurtrière. Je continue de penser que les débordements ont été encouragés.

b_boycott   Il y aurait donc eu instrumentalisation de cette affaire ? on pense au périple, dans le monde arabe, de l’imam Ahmad Abu Laban, leader de l’Organisation islamique du Danemark, qui mis le feu aux poudres…

Qui se souciait, au fond de l’Afghanistan, d’une caricature parue dans un sombre journal danois de droit ? Dans les pays arabes, aucune manifestation n’est possible sans que le pouvoir, à défaut de l’autoriser, n’en soit l’initiateur. Les gouvernements se sont servis de cette affaire, conscients qu’ils avaient des choses à se faire pardonner au près de leurs opinions publiques, en raison, entre autres, de leur mutisme face à la crise irakienne (…)

b_hamas_serment   Ce qui me choque, ce n’est pas tant le fait que les gens aient manifesté contre ces dessins, mais l’instrumentalisation de la colère populaire. Ces mêmes pouvoirs n’étaient pas aussi chatouilleux, lorsque des enfants irakiens mouraient sous les bombes, ni quand des soldats américains déchiraient et jetaient le Coran dans les toilettes du camp de Guantanamo ! La conséquence, c’est que les islamistes de nos pays ont lancé une OPA sur la colère populaire, c’est le coté contre-productif de la publication de ces dessins.

De plus, les dépositaires de la liberté d’expression en Occident auraient du penser à leurs confrères qui, dans le monde oriental, ont été stigmatisés. Il est évidemment plus aisé d’etre caricaturiste à Stockholm qu’à Alger (…) »